Retour aux domaines

Partager

Site web du domaine

En 1984, alors qu’il était à peine âgé de 20 ans, Markus Molitor a pris les rênes de l’entreprise viticole familiale, qui s’étendait à l’époque sur une superficie de 7,5 acres. En dépit de son jeune âge, il cultivait une vision clairement définie et ambitieuse : redonner aux vins de la vallée de Moselle leurs lettres de noblesse, grâce aux typiques rieslings fidèles à l’identité de leur vignoble d’origine (terroir) et à leur extraordinaire longévité. Un travail méticuleux réalisé dans le vignoble et le chai – sans aucun compromis – ainsi qu’un respect absolu pour les raisins et le vin constituent ses lignes directrices. Chaque vignoble doit être en mesure de s’exprimer sur le plan des saveurs. Il souhaite que ses vins aient de la structure et de la profondeur et qu’ils révèlent une belle fraîcheur ainsi qu’un magnifique éclat, toutes des caractéristiques typiques des vins de la vallée de Moselle.

La famille Molitor produit du vin sur son domaine depuis huit générations. La demeure familiale surplombe la vallée de Moselle; elle est située au cœur du vignoble Wehlener Klosterberg et elle domine les vignobles de Zeltingen.

Le domaine Markus Molitor s’étend actuellement sur une superficie de 38 hectares de vignes, dont 4,5 hectares sont situés dans la région de Sarre, ce qui en fait le plus grand domaine de la région du Middle Mosel. Tous leurs efforts sont consacrés à la culture de trois cépages nobles qui sont traditionnellement associés à la région de la Moselle – 95 % de riesling, 3 % de Spätburgunder (pinot noir) et 2 % de Weißburgunder (pinot blanc).

Selon les conditions du millésime, la production annuelle varie entre 200 000 et 300 000 bouteilles, dont 90 % sont des bouteilles de 0,75 litre. De plus, environ 20 000 bouteilles de mousseux (Sekt) sont produites au domaine.


Évaluations pour ce domaine

  • Wine Advocate

    Molitor’s Auslesen are absolutely world class Rieslings and worth any effort to find at least some bottles of these stunning beauties.

    Stephan Reinhardt, Janvier 2016